Tribunes

Florange Telecom

L'approche radicaliste de l'architecture du Web : l'assembleur

Big Dataxe

Le Big Data individuel

La comptine du cloud

Toute les tribunes

La vidéo du moment
Actualité marchés verticaux

Captivea ouvre le premier club utilisateur SugarCRM francophone

par Celia Jay
le 21/08/2017 à 10:35

Captivea ouvre le premier club utilisateur SugarCRM francophone

par Francois PAPON
le 11/08/2017 à 11:59

Capgemini améliore sa marge

par lecteur-itrnews
le 10/08/2017 à 03:51

Avast rachète Piriform (Ccleaner)

par MichelWer
le 08/08/2017 à 05:15

Performance digitale : comment choisir le bon outil de monitoring pour OpenStack ?

par Jean-Yves Bourlès
le 26/07/2017 à 08:09

Rechercher
Services
Logo_abonn Job Les derniers communiqués de presse Proposer un communiqué de presse
Fils RSS : Top 10 quotidien

De l'importance d'agir maintenant pour faciliter la révolution numérique dans l’éducation

mercredi 8 mars 2017

71 % des professionnels de l’éducation en France sont positifs* par rapport à l’utilisation du numérique dans leur secteur, mais restent inquiets sur la mise en place du dispositif destiné à le soutenir. Tels sont les principaux résultats de l'étude européenne dévoilée par Epson à l’occasion de la première édition du salon EduSpot, sur l’importance de former les enseignants aux nouvelles technologies dans le but de faciliter l’apprentissage. En effet, les enfants d’aujourd’hui évoluent dans un environnement de plus en plus technologique et doivent donc y être préparés. L’éducation nationale, les institutions et les individus doivent donc agir en conséquence.


L’étude, qui a testé le taux d’adhésion aux préconisations soumises par les 17 spécialistes de l’industrie aux 7 000 salariés européens à plein temps, révèle que malgré un sentiment positif par rapport à l’usage des technologies dans l’éducation, les plus grandes obstacles sont le financement à 47 % (44% pour la France), la formation des enseignants à 40 % (45% pour la France) et une technologie obsolète à 34 % (21% pour la France). Par ailleurs, 61 % des interrogés (58% pour la France) pensent que les enseignants ne sont pas encore suffisamment formés à l’utilisation des technologies qui deviendront indispensables dans les 10 prochaines années, même si 60 % indiquent qu’ils sont prêts à suivre une nouvelle formation (52% pour la France).

Selon 70 % (62% pour la France) des personnes interrogées, faire le choix de la technologie, c’est faciliter l’entrée dans une ère de collaboration « créative » et d’auto-apprentissage où les enseignants seront plus disposés à jouer un rôle de guide ou de « coach de vie ». 67 % (61% pour la France) des professionnels de l’éducation pensent que les objectifs éducatifs vont désormais davantage s’orienter sur la gestion et l’exploitation des informations que sur le maintien des connaissances. En outre, 71 % (61% pour la France) estiment que l’apprentissage mixte (online et offline) rendra l’éducation plus dynamique et les enseignants plus efficaces.

« Notre étude met en lumière à la fois l’enthousiasme et les inquiétudes suscités par l’usage de la technologie dans l’éducation, mais il subsiste une crainte sur la façon de la mettre en place », déclare le PDG d’Epson, Minoru Usui. « Pour que l’éducation tire pleinement profit des nouvelles technologies telles que les vidéoprojecteurs interactifs, la réalité augmentée ou les robots, et puisse mener une politique d’accompagnement dans cette nouvelle façon d’apprendre, l’éducation nationale et les institutions doivent investir en conséquence. »

78 % des personnes interrogées (64% pour la France) s’accordent à dire que la technologie, qui offre des opportunités considérables, remet en question les méthodes traditionnelles. L’étude révèle quatre tendances phares pour les dix prochaines années :

- L’apprentissage du sur-mesure, qui tend à se développer même au sein d’une classe partagée, pour 72 % des personnes interrogées (64% pour la France). Les technologies collaboratives telles que les vidéoprojecteurs rendent possible l’apprentissage mixte et l’auto-apprentissage à l’instar des lunettes à réalité augmentée et de l’impression 3D considérées comme des technologies les plus importantes.

- L’auto-apprentissage, deviendra la nouvelle norme d’après 57 % (43% pour la France) des professionnels du secteur de l’éducation. 55 % de ces personnes interrogées s’accordent à dire que ce format d’apprentissage aura un impact positif sur le secteur. (41% pour la France).

- Un contenu éducatif plus dynamique grâce à la réalité augmentée et aux technologies collaboratives comme les videoprojecteurs interactifs pour 70 % des personnes interrogées (63% pour la France). 60 % (48% pour la France) des sondés estiment que la tendance de l’éducation collaborative aura un impact positif sur le secteur et 49 % pensent qu’il en est de même pour les technologies collaboratives (48% pour la France).

- La collaboration « créative » se développera en parallèle de l’essor du travail collaboratif, selon 67 % des personnes interrogées (60% pour la France).

« Nos écoles deviendront de plus en plus interconnectées et la technologie transformera encore les méthodes d’apprentissages pour mieux répondre aux exigences du lieu de travail de demain. Epson s’engage à faciliter les mutations technologiques en développant des solutions qui rendront les environnements de travail plus efficaces et plus productifs. Nos technologies de pointe sont destinées à garantir les meilleurs résultats au secteur de l’éducation » conclut le PDG d’Epson, Minoru Usui.


A propos 
Cette étude a été réalisée en deux phases par FTI Consulting. La première phase a consisté en des entretiens téléphoniques qualitatifs avec 17 futuristes mondiaux et experts européens de différents secteurs entre le 22 septembre et le 19 octobre 2016 afin d’obtenir des prévisions et de développer des hypothèses sur le futur du lieu de travail et l’évolution de l’emploi de salariés d’ici à 2025. La deuxième phase consistait en une enquête en ligne quantitative réalisée par l’équipe Strategy Consulting & Research de FTI Consulting entre le 2 et le 13 décembre 2016. Les personnes interrogées comprenaient des employés à plein temps issus de cinq principaux secteurs (entreprise, industrie, éducation, santé et commerce) au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Italie et en Espagne. Les entretiens ont été réalisés dans leurs langues respectives.

Un total de n = 7 016 salariés à temps plein ont répondu à l’enquête. La répartition des sondés dans chaque pays est la suivante : Royaume-Uni (1 329), France (1 308), Allemagne (1 427), Italie (1 526) et Espagne (1 426). La répartition des sondés dans chaque secteur est la suivante : entreprise (2 051), industrie (1 519), éducation (1 090), santé (1 215) et commerce (1 139).

La marge d’erreur d’un échantillon n = 7 016 sondés est de +/- 3 % avec un intervalle de confiance de 95 % du standard de l’industrie. Veuillez noter que la convention standard d’arrondissement a été appliquée et que, par conséquent, le total peut ne pas correspondre à 100 %.

* Les personnes interrogées ont exprimé un sentiment positif au sujet de la technologie dans l’éducation dans les 10 ans à venir en répondant qu’ils se sentent personnellement « enthousiastes » ou « intrigués », par opposition à « préoccupés » ou « menacés ».

SQ 250-300

Les 10 derniers articles mis en ligne