Tribunes

Florange Telecom

L'approche radicaliste de l'architecture du Web : l'assembleur

Big Dataxe

Le Big Data individuel

La comptine du cloud

Toute les tribunes

La vidéo du moment
Actualité marchés verticaux

Le nom de collectivité locale, un signe protégé fort

par datatxy
le 24/03/2017 à 01:06

Objets connectés : entre séduction, désintérêt et méfiance

par bidonchon
le 22/03/2017 à 09:48

La Trousse à projets : la plateforme de financement participatif des projets scolaires

par LEDROIT
le 20/03/2017 à 03:47

Epson : une offre de reprise pour passer de l'impression laser au jet d'encre

par Ben
le 08/02/2017 à 11:50

La Commission européenne ouvre trois enquêtes sur des pratiques anticoncurrentielles présumées dans le commerce électronique

par pixel
le 07/02/2017 à 10:15

Rechercher
Services
Logo_abonn Job Les derniers communiqués de presse Proposer un communiqué de presse
Fils RSS : Top 10 quotidien

Réseaux sociaux d’entreprise ouverts : un potentiel d’innovation insoupçonné
Par Tru Dô-Khac, consultant en innovation et gouvernance numérique d’entreprise

mardi 13 mars 2012

Ouverts sur l’écosystème, les réseaux sociaux d’entreprise peuvent être un outil formidable pour innover. Dans le cadre d’une stratégie d’Open Innovation, il faudra établir préalablement une « gouvernance numérique d’entreprise ».

En énonçant dès 2006 la définition de l’Enterprise 2.0 : “the use of emergent social software platforms within companies, (...)”, le Pr. Andrew McAfee a été un des pionniers pour annoncer le changement radical de l’entreprise sous l’usage d’un outil informatique que l’on désigne par réseau social numérique d’entreprise (RSE).

Le RSE, un outil collaboratif de rencontre, de communication et de production

Tout d’abord, les technologies RSE cumulent souvent les fonctionnalités d’un annuaire électronique, d’une messagerie électronique, d’une publication électronique sur Intranet, d’une gestion électronique des documents, technologies qui ont-elles-mêmes en leur temps profondément modifié le fonctionnement de l’organisation de l’entreprise.

Mais, outre une intégration technologique native de ces fonctionnalités, un RSE ajoute des fonctionnalités coopératives spécifiques : l’identité d’un collaborateur est élargie à celle d’une communauté, la messagerie est amplifiée en un forum, la publication électronique institutionnelle sur Intranet est démocratisée en une publication individuelle (blog) ou transformée en environnement éditorial ouvert (wiki).

Outil de rencontre, de communication et de production mais coopératif, le RSE doit (encore) transformer le fonctionnement de l’entreprise.

Une expérience d’Open Innovation sur les réseaux sociaux professionnels

Néanmoins, une exploitation particulière des réseaux sociaux professionnels suggère que le RSE peut être également un outil d’innovation.

Lors de cette exploitation dont une première phase a été réalisée d'avril 2010 à décembre 2010, divers types de réseaux sociaux professionnels ouverts (« RSE ouverts ») ont été les instruments d’une stratégie d’innovation ouverte : réseaux sociaux professionnels publics, réseaux sociaux professionnels privés d’association, blogs de professionnels et de chercheurs académiques et blogs d'entreprises tierces ouverts aux commentaires, tribunes et forums de magazines en ligne spécialisés,…

Pour son instigateur, il s’agissait d’explorer le potentiel d’une doctrine inédite en gouvernance de système d’information, décalée par rapport aux pratiques courantes. Centrée sur la notion clef de « régime informatique » (Ang : IT regime), cette doctrine est de nature relationnelle (Ang : relation-based IT governance). Elle est une alternative aux doctrines de gouvernance courantes, qui, écrites dans les années 90, sont orientées processus tournés vers un « delivery » conforme d’un service spécifié (Ang : process-based IT governance). La nouvelle doctrine adresse d’abord les relations, lesquelles sont déterminantes pour définir le partage des fruits d’une innovation future conjointe.

Les résultats de cette première phase d’exploration coopérative ? La publication de douze articles [1] et une nomination à un prix créé par une association professionnelle et une association académique pour distinguer des travaux de recherche sur la gestion des relations client fournisseur [2].

Une grande dispersion des paramétrages et conditions d’usage des RSE ouverts

En innovation conjointe, la question de partage entre les partenaires de la propriété intellectuelle des résultats futurs est centrale.

Pour une innovation « participative » en interne d’une entreprise, cette question est résolue : la propriété intellectuelle échoit le plus souvent à la personne morale de l’entreprise. Celle-ci doit simplement prendre garde à ne pas incorporer de façon indue dans son patrimoine intellectuel des propriétés intellectuelles de tiers.

Mais entre deux partenaires économiquement indépendants, la réponse passe par des modèles stratégiques d’innovation conjointe qui déterminent ensuite des « solutions » juridiques et technologiques.

Dans l’exploration décrite ci-dessus, la propriété intellectuelle est la propriété littéraire (articles, billets,…). Les solutions sont des usages particuliers du droit d’auteur (copyright) qui se retrouvent dans le paramétrage des RSE et des conditions d’usage.

En parcourant la trace de l’exploration ci-dessus [3], on peut constater une grande dispersion de paramétrage et de conditions d’usage : déclaration d’identité obligatoire ou facultative, pré-requis de souscription ou d’adhésion à la personne morale productrice de l’environnement numérique, soumission à une ligne éditoriale plus ou moins contraignante, intensité variable de la réutilisation unilatérale, mention plus ou moins explicite de l’auteur et de la source lors de réutilisation, interprétation élastique du « cercle familial », ouverture ou fermeture aux commentaires, concession unilatérale de portée variable allant d’une autorisation d’une simple reproduction à l’identique non exclusive à une cession exclusive de tous les droits en passant par des concessions pour les seules utilisations non commerciales,…

Notion de gouvernance numérique d’entreprise

Ouverts sur leur écosystème, les RSE offrent un potentiel insoupçonné pour innover conjointement.

Néanmoins, il est nécessaire de définir préalablement une stratégie d’innovation qui se traduira par une « gouvernance numérique d’entreprise », somme d’une gouvernance de la propriété intellectuelle d’entreprise et de la gouvernance des systèmes d’information [4].

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[1] « Répertoire d’articles sur la gouvernance numérique d’entreprise », http://www.archilogies.net

[2] Prix Ae-SCM / AIM en 2010. Les travaux en question portent sur la « Mutation du modèle de relation client fournisseur Maîtrise d’ouvrage-Maîtrise d’œuvre ».

[3] Cette trace est en libre accès [un libre accès n’emporte pas une libre utilisation, ndlr] sur différents blogs produits par Dô-Khac Decision : « Open Innovation and Open Savoir-Faire (…) », http://www.it-regime-management.net, « Quantum of Thoughts Matinaux », http://tru.do-khac.com, « Open RSE N°3 [Enquêtes collaboratives sur la transformation numérique des entreprises] » http://fr3.open-rse-n.eu

[4] « Des réseaux sociaux d’entreprise pour innover ? Oui mais proprement gouvernés » par Tru Dô-Khac, Le Cercle Les Echos, 5 mars 2012.

SQ 250-300

Les 10 derniers articles mis en ligne